Michel Cornu

"Le noir est un charbon de lumière "

 


Michel Cornu a participé aux expositions suivantes

 

novembre/janvier 2022

Exposition collective du 27 novembre 2021 au 16 janvier 2022

découvrir

oct./nov.déc. 2020

20 artistes français et allemands exposent leur travail autour du dessin

découvrir

oct./nov.déc. 2020

20 artistes français et allemands exposent leur travail autour du dessin

découvrir

décembre/janvier 2020
2009

Le noir est un charbon de lumière 

Une certaine clarté fait voir que la surface est un abîme

François Jacqmin

 

Je trouve incroyablement parlant la relation de la texture noire avec le geste violent qui caresse et déchire presque le papier. Ce noir d’un regard qui fouille ce qui en émerge et ce geste qui se fait dans une sorte de cécité absolue, de transe qui bien entendu dit aussi ce qu’il en est de la danse du corps, sont dans la dimension iconique du travail. Je voudrais développer cette idée d’un voile qui se pose à chaque fois sur une surface modifiée, mais un voile que l’artiste soulève de suite, arrache, détache, puis recouvre d’un autre voile. On sait bien que l’activité picturale est de l’ordre de ce recouvrement, mais ici c’est comme s’il fallait, à chaque fois, en revenir à l’origine. À l’origine du support aussi, mais peut-être bien pour en détacher ce qui est le fruit de l’action du peintre. Appelons cela la suspension de l’évènement qui est placé dans un espace presque irréel. C’est sur un papier blanc, avec des qualités différentes et choisies (japon, arches, fin ou épais) qui réceptionnent les matières de manières bien différentes, que cela se joue. Le peintre s’adapte, le peintre écoute (avec la paume de la main) ce qui déchire la texture. Il exprime cette attention ultime qui fonde évidemment la dimension poïétique de son travail. Le voile se fait et se défait à chaque étape comme le signe d’une révélation qui révèle à l’artiste son propre chemin. Il frotte la surface avec rage, dans la nécessité physique de la répétition, comme si chaque geste se sédimentait dans l’effacement provoqué. Dans un tel projet nous revient l’exemple Erased de Kooning drawing (1953) de Robert Rauschenberg effaçant un dessin de Willem de Kooning. Cet effacement informe de l’hommage qu’un jeune artiste rend au maître, mais bien sûr évoque aussi la signification de la continuité et de la rupture (prendre ses distances avec l’œuvre qui précède et affirmer une nouvelle époque). Mais plus encore c’est dire que rien ne s’efface jamais totalement. La mémoire est dans les traces qui restent, et les gestes qui gomment sont eux-mêmes traces et soumis à des traces qui se superposent. Bien sûr, cet acte fit scandale (bien que de Kooning avait accepté de confier ce dessin à ces fins). Si je prends cet exemple c’est que Michel Cornu, dans cette direction parallèle, efface sa propre production pour en donner une figure nouvelle. Il n’est évidemment pas dans la posture duchampienne de Rauschenberg, mais il montre -à sa suite- que l’effacement (qui est production négative ou corrective si l’on pense à la manière dont Matisse corrigeait les formes, les courbes, les ellipses) est un acte de création à part entière. Il faudrait citer Maurice Fréchuret qui a consacré une longue étude à ces questions. Chez Cornu, effacer conduit à révéler. On peut ainsi proposer un autre exemple qui cherche à révéler le point de départ, l’écran blanc du cinéma. Je pense à Hiroshi Sugimoto qui photographie en long temps de pose les salles de cinéma pendant qu’un film se projette. L’accumulation des images, cette saturation donc, produit à la fin de la captation un blanc violent. Addition de toutes les nuances, de toutes les couleurs, de toutes les figures pour accéder simplement à la lumière. Révélation est donc un autre terme qu’il faut ajouter au lexique artistique de Michel Cornu qui cherche une sorte d’invisible, de non encore aperçu (sa méthode est la superposition et l’effacement), qui montre pour s’en étonner la lumière apparaissante et disparaissante dans une sorte de matière noire. C’est aussi un linceul, dans tous les sens du terme, qui donne la vera icona de la matière.

  

Germain Roesz, mai, juin 2019

 


Michel Cornu en images 

 

Carrière

  • 1984
    Michel Cornu entre à «l’atelier» de Robert Georges à St Dié.
    Rencontre avec le peintre Osamu Yamasaki.
  • 1989
    Vit et peint à Besançon.
  • 1991
    S’installe à MulhouseE avec un nouvel atelier "Rencontre" avec Gisela Arnaud-Schröder, galerie Euros.
    Installe son atelier à St Dié.
    Création du groupe «Paradoxes» (peintres, sculpteurs humanistes).
    Installe son atelier à Colmar.
    Création d’une première série de gravures aux ateliers Remy Bucciali.
    La galerie Bucciali présente les travaux de Michel Cornu aux salons Internationaux d’art contemporain.
  • 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003 et 2004
    Art Strasbourg 
  • 1997, 1998 et 1999
    Saga Paris
    Innsbruck
    Art Paris
    Franckfort
    Médiathèque de Nancy (achat d’une série de gravures par la médiathèque) 
  • 1998
    Tokyo (Japon) 
  • 2004
    Karlsruhe
  • 2004
    Commence un travail de gravure avec Erika Greenberg Schneider, Master Printer.
    Atelier Bleu Acier, Tampa en Floride.
  • ART STRASBOURG : 1998-1999-2000-2001-2002-2003-2004
    SAGA PARIS INNSBRUCK ART PARIS FRANKFORT MEDIATHEQUE DE NANCY : 1997-1998-1999
    Achat d’une série de gravures par la médiathèque

 

Expositions collectives

  • 1988
    Musée de Saint-Dié (présentation de la toile primée pour la jeune peinture française représentant la ville de Saint-Dié à PARIS et finale à Paris du prix de la jeune peinture française
  • 1994
    Ogaki, Neufchâteau (galerie de l’hôtel de ville)
    Ogaki (Japon)
    Ogaki (Japon) - Liège (Belgique) 
  • 2002
    Crac à Altkirch - Editions Bucciali et originaux
    Tokyo (Japon) - Salon du blanc
    Art Nîmes – galerie Jean Bernard

 

Expositions personnelles

  • 1988
    Saint-Dié - Centre culturel Espace G. SADOUL
  • 1994
    Musée de Saint-Dié (s/c groupe paradoxe) L’ENTREPOT à MULHOUSE
  • 1998
    Galerie Bucciali
    Galerie Jean Bernard à Avignon
  • 2001
    Galerie Die Gravuere - Essen (Allemagne)
    Vieux Breisach (Allemagne)
  • 2002
    Lilles – galerie Jean Bernard
    Galerie Cepagrap à St Dié
  • 2003
    Entrée dans la collection de M. Eugène Moureau – Gravures
  • 2004
    Acquisition d’une presse taille douce de M. Louis Richebe
  • 2005
    Espace d’art contemporain André Malraux
    Réalisation par Jean-Christophe Schreiber du film Mémoire de vie – l’adolescence (rapport entre la gravure et la vie)
    Acquisition d’une oeuvre par la ville de Colmar
    Exposition - collections papier galerie Monos Art Galerie à Liège. 
  • 2006
    Galerie Lillebonne à Nancy (septembre-octobre)
    Art Karlsruhe.
  • 2007
    Galerie Nicole Buck à Strasbourg.
    Musée de Thann – Haut-Rhin.
    Édition de gravures aquateintes et pointes sèches – Edition Rémy Bucciali.
    Galerie Cepagrap à St Dié.
    Start à Strasbourg – Édition Rémy Bucciali.
    Espace d’art contemporain André Malraux- Édition d’un catalogue commémorant ses 10 ans.
    Exposition Galerie Zaiss à Art Karlsruhe
  • 2008
    Galerie Bucciali (Minaro).
    Installation d’un nouvel atelier et acquisition d’une nouvelle presse taille douce
    Art Paris
    Art Karlsruhe
    Art Bâle
    St'art Strasbourg
    Editions Bucciali
    Kunsthalle Bale
  • 2009
    Art Paris
    Art Lilles
    Editions Bucciali
    Art Karlsruhe
    Art Bruxelles
    Art Elysée 
    Galerie Nicole BUCK
    St'art et galerie

  • 2010
    Galerie Nicole Buck
    Art Paris
    Editions BUCCIALI
    Lézard Colmar "Tourments et Passions"
    Editions  BUCCIALI "32 variations"
    Colmar Cloître de la bibliothèque "Pages de pierres"

  • 2011
    St'art Bucciali
    Galerie Nicole Buck
    Karlsruhe Galerie Zaiss

  • 2012
    St'art Bucciali
    Art élysées
    Galerie Nicole Buck
    Galerie ZAISS Art Karlsruhe

  • 2013
    St'art Bucciali
    Art élysées
    Galerie Nicole Buck
    Galerie ZAISS Art Karlsruhe

  • 2014
    St'art Bucciali
    Art élysées
    Galerie Nicole Buck
    Galerie ZAISS Art Karlsruhe
    Colmar et Galerie Troncin Nancy

  • 2015
    Art Karlsruhe galerie Zaiss
    Galerie Nicole BUCK

  • 2016
    Art Karlsruhe
    Art Basel Miami Lise Braun

  • 2017
    Art Karlsruhe
    Le couvent des Dominicains
    Paris
    Art Basel Miami
    Lise Braun
    Art Paris Grand Palais
    Lise Braun

  • 2018
    Art Karlsruhe Galerie ZAISS
    Art Paris Grand Palais
    Lise Braun
    Galerie Nicole Buck
    Galerie CEPAGRAP St Dié

  • 2019
    Art Karlsruhe Galerie ZAISS
    Art Wynwood Miami
    Lise Braun Drusenheim
    Galerie Nicole Buck